Une longue histoire


Publié le 07.09.2012
Dates clés

Dès le XVème siècle, les bourgeois de Bordeaux se rendent acquéreurs des meilleures terres de la région, auxquelles l’on donne le nom de « Crus des Bourgeois », puis « Crus Bourgeois ».

En 1932, les Courtiers bordelais sous la double autorité de la Chambre de Commerce de Bordeaux et de la Chambre d’Agriculture de la Gironde consacrent 444 Crus Bourgeois.

En 1962, le 21 mai, un syndicat des Crus Bourgeois est créé à Pauillac, il est administré par un Conseil d’Administration de quatre membres, Messieurs Jean Nony, Jean Miailhe, Philippe Gasqueton et Max Cuvelier.

En 1966 puis en 1978, le Syndicat organise des palmarès internes pour créer une émulation au sein des Crus Bourgeois.

En 1985, le Syndicat crée la Coupe des Crus Bourgeois du Médoc qui sera organisée chaque année jusqu’en 1999 et connaîtra un très vif succès.

En 2000, l’arrêté du 30 Novembre 2000 prévoit le règlement d’organisation du classement Crus Bourgeois. Le classement distingue trois dénominations suivant le mérite, les Crus Bourgeois Exceptionnels, les Crus Bourgeois Supérieurs et les Crus Bourgeois.

Le 17 juin 2003, un arrêté ministériel homologue le premier classement
officiel des Crus Bourgeois du Médoc qui consacre 247 châteaux sur 490 candidats.

En 2007, la Cour Administrative d’Appel de Bordeaux prononce l’annulation de l’arrêté du 17 juin 2003 homologuant le classement des Crus Bourgeois du Médoc.

En 2009, les pouvoirs publics homologuent la nouvelle démarche de qualité mise en place par le Syndicat : décret du 20 octobre2009 & arrêté du 16 novembre 2009 permettent une sélection qualitative des Crus Bourgeois du Médoc. La Sélection Officielle de ces Crus Bourgeois du Médoc est publiée chaque année en septembre depuis
2010.

En 2011, la Coupe des Crus Bourgeois du Médoc est relancée, dans un
nouveau format. Elle est organisée chaque année en partenariat avec Le Point.


Publié le 30.07.2012
L’histoire


 

DES RACINES HISTORIQUES PROFONDES

Les Crus Bourgeois, un héritage qui remonte au Moyen-Age.

Les bourgeois sont les habitants du « bourg » de Bordeaux, ville de marchands et d’artisans.
Ils disposent sous domination anglaise de droits et de privilèges, dont une exonération de charges sur la vente locale (Guyenne) et à l’exportation, des vins de leurs vignes.

Au XVème siècle, enrichis par leurs activités de commerce international, les bourgeois de Bordeaux se rendent acquéreurs des meilleures terres de la région, auxquelles l’on donne le nom de « Crus des Bourgeois », puis « Crus Bourgeois ».

En 1740, un premier texte fait état d’une sélection qui précise les prix de crus du Médoc.

La Révolution Française entraîne l’annulation des privilèges antérieurs accordés aux Bourgeois et les crus des Bourgeois souffrent de ces grands changements de société.

Au fur et à mesure des siècles, ils jouent cependant un rôle croissant dans le développement du vignoble Médocain en exportant leurs vins.

Au début du XIXè siècle, les Crus Bourgeois sont toujours présents (300 châteaux environ) et leurs prix sont déjà positionnés à l’époque audessus de ceux des Crus Artisans et Paysans.

Après 1855, les instances envisagent de doter le classement existant et déjà célèbre, de classes supplémentaires dans le but d’y intégrer certains Crus Bourgeois.

A cette époque, il semble qu’il y ait 248 crus bourgeois répertoriés.L’ouvrage de M. d’Armailhac paru en 1858 dénombre 34 bourgeois supérieurs, 64 bons Bourgeois et 150 bourgeois ordinaires.

Au début du XXè siècle, les Crus Bourgeois se développent et occupent une place importante sur les marchés extérieurs, entre autres l’Allemagne et la Russie.

La première guerre mondiale met un frein brutal à cet essor que la crise de 1929 va aggraver. Si le nombre de propriétés diminue, il reste de nombreux exploitants en Médoc pour maintenir en vie et en usage la mention traditionnelle « Cru Bourgeois ».

En 1932, les Courtiers bordelais sous la double autorité de la Chambre de Commerce de Bordeaux et de la Chambre d’Agriculture de la Gironde consacrent 444 Crus Bourgeois. Cette liste déposée à la CCI ne sera jamais soumise à homologation ministérielle mais servira néanmoins de référence pour l’usage commercial de la mention traditionnelle pendant plus de 70 ans.

En 1962, le 21 mai, un syndicat des Crus Bourgeois est créé à Pauillac, il est administré par un Conseil d’Administration de quatre membres, M. Jean Nony, M. Jean Miailhe, M. Philippe Gasqueton et M. Max Cuvelier. Ce syndicat a pour objet l’étude et la défense des intérêts des propriétaires et exploitants des Crus Bourgeois du Médoc. Il organise à deux reprises en 1966 et 1978, des palmarès internes pour créer une émulation au sein des Crus Bourgeois.

En 1979, la règlementation communautaire sur l’étiquetage reconnait la mention traditionnelle « Cru Bourgeois » sous réserve que son utilisation soit encadrée par l’Etat Français.

En 1985, les Crus Bourgeois connaissent un véritable essor. Fort de cela, le Syndicat crée la Coupe des Crus Bourgeois du Médoc qui aura pour effet de d’augmenter leur notoriété. Cette coupe sera organisée chaque année jusqu’en 1999 et connaîtra un très vif succès.

En 2000, l’arrêté du 30 Novembre 2000 signé par le ministre de l’agriculture de l’époque, M. ean Glavany et par le secrétaire d’Etat aux PME, à l’artisanat et à la consommation, M. François Patriat, prévoit le règlement d’organisation du classement Crus Bourgeois. Il s’agit d’un classement ouvert par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux, la Chambre d’Agriculture de la Gironde et la Fédération des Grands Vins de Bordeaux. Il a pour objet d’établir une hiérarchie de mérite des Crus Bourgeois pour les vins d’AOC « Médoc », « Haut-Médoc », « Listrac », « Margaux », « Moulis », « Pauillac », « Saint-Estèphe » et « Saint-Julien ». Le classement distingue trois dénominations suivantble mérite, les Crus Bourgeois Exceptionnels, es Crus Bourgeois Supérieurs et les Crus Bourgeois.

Le classement est établi par un jury de 18 professionnels reconnus sur la Place de Bordeaux qui doivent tenir compte de 7 critères : la nature du terroir, la nature de l’encépagement, les soins apportés à la culture, à la vinification, à la tenue et à la présentation générale de l’exploitation, aux conditions de mise en bouteille, à la constance dans la qualité du produit, à la notoriété du cru et aux qualités organoleptiques du vin.

Le 17 juin 2003, un arrêté ministériel homologue enfin le premier classement officiel des Crus Bourgeois du Médoc qui consacre 247 châteaux sur 490 candidats.

Certains crus non classés dénoncent alors un manque d’équité. Le jury d’experts était composé de 18 professionnels dont le Président du Syndicat des Crus Bourgeois du Médoc de l’époque (conformément à l’organisation prévue par l’arrêté ministériel du 30 novembre 2000).

En 2007, la Cour Administrative d’Appel de Bordeaux prononce l’annulation de l’arrêté du 17 juin 2003 homologuant le classement des Crus Bourgeois du Médoc. Le critère retenu : « On ne peut être juge et partie ».

Entre 2007 et 2009, grâce à une mobilisation sans égale des viticulteurs du Médoc regroupés au sein de l’Alliance des Crus Bourgeois du Médoc, la mention traditionnelle « Cru Bourgeois », datant de plusieurs siècles, renait grâce à la démarche de qualité rigoureuse mise en place par le syndicat. Cette démarche collective, permet de sauver la mention, tout en proposant un gage
de qualité reconnu par les pouvoirs publics.

En 2009, homologation par les pouvoirs publics de la nouvelle démarche de qualité : décret du 20 octobre 2009 & arrêté du 16 novembre 2009 permettant une sélection qualitative des Crus Bourgeois du Médoc. La Sélection Officielle de ces Crus Bourgeois
du Médoc est publiée chaque année en septembre depuis 2010.


AUJOURD’HUI, UNE GRANDE FAMILLE DE CRUS

Les Crus Bourgeois font partie du patrimoine viticole Bordelais.

Certaines propriétés existaient bien avant l’établissement du Classement de 1855 et de nombreuses sont encore là aujourd’hui pour témoigner de la force de la mention traditionnelle « Cru Bourgeois ».

Les Crus Bourgeois forment une grande famille réunissant des exploitations dont les profils diffèrent les unes des autres, situées sur des terroirs très variés (8 AOC prestigieuses : Médoc, Haut-Médoc, Listrac-Médoc, Moulis en Médoc, Margaux, ,Saint-Julien, Pauillac & Saint-Estèphe), avec à leur tête des hommes et des femmes souvent originaires du Médoc, parfois arrivés de contrées plus lointaines et apportant un nouveau dynamisme.

C’est la force de cette famille : la diversité dans l’unité. Issus de la même région et ayant la même histoire, chaque exploitation a son caractère et offre au consommateur sa spécificité.

Cette diversité se retrouve à tous les niveaux : la vinification, le goût, les prix, la renommée, la méthode de commercialisation, l’ouverture à l’oenotourisme, la communication, la présence sur les réseaux sociaux, etc.

Enfin les crus de cette famille, la plus grande de la région bordelaise, partagent la même ambition.
Celle de défendre la mention traditionnelle « Cru Bourgeois » dans un monde où la pérennité d’un savoir-faire qualitatif devient symbole de luxe.

Par leur positionnement de prix comme par leurs critères de sélection, les Crus Bourgeois apparaissent comme l’alternative incontournable pour des consommateurs toujours plus exigeants en matière de vins.


Publié le 30.07.2012
Classements précédents

En 1932, les Courtiers bordelais sous la double autorité de la Chambre de Commerce de Bordeaux et de la Chambre d’Agriculture de la Gironde consacrent 444 Crus Bourgeois. Cette liste déposée à la CCI ne sera jamais soumise à homologation ministérielle mais servira néanmoins de référence pour l’usage commercial de la mention traditionnelle pendant plus de 70 ans

Visualiser la liste des Crus Bourgeois de 1932

Le 17 juin 2003, un arrêté ministériel homologue le premier classement officiel des Crus Bourgeois du Médoc qui consacre 247 châteaux sur 490 candidats.

Visualiser le classement officiel des Crus Bourgeois du Médoc de 2003

Cet espace est réservé aux adhérents de l'Alliance des Crus Bourgeois du Médoc.
Merci de remplir vos identifiants et mot de passe pour vous connecter.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Pour le récupérer, merci de bien vouloir renseigner votre adresse email.
Veuillez remplir le formulaire ci-dessous :